Acteurs : Paul Le Person


Affiche du film "Chobizenesse"
Clément Mastard dirige des revues de music-hall à grand spectacle. Un contrat inespéré l'oblige à renouer avec son ancienne tête d'affiche Célia Bergson, partie s'essayer au théâtre d'avant-garde. C'est par l'intermédiaire de celle-ci qu'il fait la connaissance de Jean-Sébastien Bloch, musicien incompris qui causera sa perte mais au côté duquel Mastard, l'homme sans scrupules, s'humanisera et finira par produire un véritable chef d’œuvre, la Messe en ré.

Chobizenesse


Affiche du film "Le Grand Blond avec une chaussure noire"
François Perrin arrive à Orly avec aux pieds une chaussure jaune et l'autre noire. Une aubaine pour Perrache, adjoint du colonel Toulouse, chef d'un service secret, que ce jeune violoniste fantasque. Il le choisit pour jouer, à ses dépens, le rôle d'un redoutable espion international. Toulouse, las de défendre sa place contre son très ambitieux adjoint Milan, a décidé de s'en débarrasser une fois pour toute, en le lançant sur une fausse piste.

Le Grand Blond avec une chaussure noire


Affiche du film "Le Retour du grand blond"
Trois mois après la fin de Le Grand Blond avec une chaussure noire, le capitaine Cambrai, qui enquête sur la mort étrange du colonel Milan, intercepte une lettre de François Perrin, qui file le grand amour avec Christine à Rio de Janeiro, dans laquelle il avoue à son ami Maurice la supercherie du colonel Toulouse. Ce dernier, mis en difficulté, doit désormais prouver que le grand blond est bien un super agent secret et non […]

Le Retour du grand blond


Affiche du film "Bernie"
Bernie, un orphelin de 30 ans, décide de quitter son orphelinat et de retrouver ses parents. Après une enquête, il rencontre Marion, une jeune héroïnomane et tombe amoureux d'elle. Il croit que sa famille a été victime d'un complot et c'est pourquoi ils l'abandonnèrent.

Bernie



Affiche du film "Vipère au poing"
En 1922, après le décès de leur grand-mère paternelle qui se chargeait de leur éducation, le jeune Jean Rezeau et son frère Ferdinand retrouvent leurs parents revenus d'Indochine. Mais les relations avec la mère, vite surnommée « Folcoche », (association de « folle » et de « cochonne ») vont prendre une tournure cauchemardesque. Celle-ci n'hésitera pas à tondre les deux enfants, à mal les nourrir et à leur planter sa fourchette dans la main.

Vipère au poing


Affiche du film "La chambre des officiers"
Au début du mois d'août 1914, Adrien, un jeune et séduisant lieutenant, part en reconnaissance à cheval. Un obus éclate et lui arrache le bas du visage.La guerre, c'est à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce qu'il la passe, dans la chambre des officiers. Une pièce à part réservée aux gradés atrocement défigurés par leurs blessures. Un antre de la douleur où chacun se voit dans le regard de l'autre.Cinq ans entre parenthèses à nouer des amitiés […]

La chambre des officiers


Affiche du film "Un homme et une femme"
Une script-girl, inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur, rencontre à Deauville un coureur automobile dont la femme s'est suicidée par désespoir. Ils s'aiment, se repoussent, se retrouvent et s'aiment encore.

Un homme et une femme


Affiche du film "La vie de château"
Il ne faudra rien moins qu'un commandant allemand amoureux de la châtelaine et d'un parachutiste de l'armée de libération tombé du ciel pour réveiller un château endormi dans l'ennui, situé non loin des plages du débarquement. Premier long métrage de Jean-Paul Rappeneau, qui fut un des premiers réalisateurs français à parler de la Seconde Guerre sur le ton de la légèreté.

La vie de château



Affiche du film "Alexandre le bienheureux"
Lorsque sa femme meurt, Alexandre décide de se consacrer à sa grande passion : la paresse. Il se couche pour plusieurs semaines. Son chien lui rapporte les provisions que lui sert la jolie Agathe, qui finit par le séduire. Mais, au moment de l'épouser, il se ravise, sa liberté et sa paresse risquant d'être compromises.

Alexandre le bienheureux


Affiche du film "Coup de tête"
François Perrin est ailier dans l'équipe réserve de la ville de Trincamp, où tout est football. Lors d'un entraînement il bouscule, de façon légale, Berthier, le joueur vedette du club, qui tombe. Bien que Berthier n'ait rien, cet incident vaut à Perrin l'exclusion d'abord de l'équipe, puis de l'usine, dont le patron Sivardière est aussi le président du club. Puis, essayant tant bien que mal de gagner sa vie par des petits boulots, il est […]

Coup de tête